La pression au travail

Dans son désir d’obtenir des résultats optimaux, un manager risque d’oublier que ceux qui travaillent avec lui sont des humains. Certains mettent une telle pression sur leurs collaborateurs qu’au final, les résultats ne sont pas brillants. En fait, pour être un bon manager et pour que les salariés soient au top de leurs performances, une grande sensibilité et beaucoup d’écoute sont nécessaires.

La part du manager

Un bon chef d’entreprise devrait posséder une connaissance pointue du profil de chacun de ses salariés, de ce qu’ils vivent, de leurs capacités naturelles et professionnelles. Et par l’observation, il doit déceler si la pression qu’il exerce est trop forte, s’il a déjà dépassé les limites ou s’il peut l’augmenter un peu. Peut-être que les collaborateurs ne se sentent pas impliqués dans le projet, rallongent à l’infini les pauses et ont du mal à se concentrer. Ou bien ils deviennent peu à peu irritables, de plus en plus nerveux. Autant de signes qui montrent le niveau de pression qu’il met.

Rectifier le tir

Si un manager sent que ses collaborateurs manquent d’enthousiasme parce qu’ils ne se sentent pas comme acteurs dans un projet, il doit peut-être demander leur avis, leur suggestion pour améliorer le travail ou pour atteindre tel ou tel objectif. Une telle communication permet à chacun d’exprimer ce qu’il pense et d’apporter son eau au moulin. Le chef d’entreprise qui sait être à l’écoute prend le temps de communiquer avec son équipe, il explique les enjeux de tel ou tel projet pour l’entreprise, les bénéfices attendus et ce que cela apportera à chacun. Pour diminuer la tension, un bon manager doit mettre au point des briefs plus fréquents, trouver des solutions si un collaborateur rencontre des difficultés pour accomplir ses tâches, et féliciter souvent, à chaque étape et ne pas attendre la fin du projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *